Partagez | 
 

 Tout ce que les ombres nous offrent - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Tout ce que les ombres nous offrent - Libre   Dim 15 Mai - 19:58

Requiem
Membre
Requiem

Messages : 72
Pan : 308
Date d'inscription : 15/05/2016

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Légende:
Relationship:

Après avoir appris que Kalgoath ne possédait plus aucune protection contre Pandore et ses pions et donc que nous n'étions plus en sécurité là-bas, j'ai décidé de partir avant de tomber sur un de ces démons qui, à coup sûr, ne tarderaient pas à s'y pointer. Nous venons de perdre le seul avantage, après notre coalition, que nous possédions sur la déesse. Tout ce que nous possédons désormais, c'est le sud de l'île. On m'a dit que c'était déjà bien, mais je ne sais qu'en penser. Certes, ce sont désormais nos terres, mais ils ne les connaissent que trop bien. Je ne sais pas si on peut dire que c'est un réel avantage. De plus, les Pandörians ont récupéré le nord, nous sommes donc tous sur un même pied d'estalle. Je ne sais que penser de cette guerre, à vrai dire. Elle est nécessaire, mais s'achèvera-t-elle un jour ? Il le faudra. Tout a mis tellement de temps à bouger, enfin, pour que nous puissions prendre l'avantage. Et voilà que celui-ci n'est plus. Il faut tout recommencer, encore, une nouvelle fois. Pourtant, je suis déterminée à me battre et je me vois habitée d'une étrange force non des plus déplaisantes depuis que les événements se sont accélérés. Je crois que c'est ce qu'on appelle l'espoir.
Mais sortie des ombres afin de faire tomber la félonne, voilà que j'y retourne de nouveau. J'ai pris l'initiative de repartir me cacher au plus près des terres du nord dans le but d'obtenir d'éventuelles informations sur les intentions de Pandore. Après tout, où pourrais-je être plus utile ? Nous allons prendre trop de temps à nous réorganiser, que j'ai choisi de voyager un peu. Tout cela me manque, depuis que je me suis retrouvée plongée au cœur de ce combat sans fin. C'était une opportunité que j'ai saisie, et qui pourra s'avérer utile si cette escapade se voit fructueuse. Je n'ai pourtant encore croisé aucun équidé, ou bien sont-ils trop occupés de leur côté pour s'accorder une balade. C'est tellement compréhensible par les temps qui courent, que j'aurais certainement adopté pareille attitude si je n'avais pas décidé de rejoindre la résistance. Mais je ne regrette en aucun cas mon choix.

Traversant les terres de l'est, je m'accorde un passage au temple du vent, où je n'ai eu que trop peu l'occasion de me rendre. Je le trouve magnifique, mais trop exposé bien qu'en haut des falaises, c'est pourquoi j'ai préféré attendre la nuit avant de sortir des ombres des alentours. La noirceur de la nuit le rend tout aussi mystérieux que les douces paroles que chuchote à mes oreilles la brise légère qui le traverse. Je le voit d'un noir profond, les statues éclairées par la lumière du croissant de lune faisant du temple un lieu fantastique et merveilleux. Je sent le souffle frais du vent entremêler mes crins, et cela me plait. Je n'avais pas ressenti cette sensation de liberté depuis bien longtemps. Avançant sur les graviers peu confortables du chemin qui conduit à l'entrée du temple, j'hume l'air frais de cette nouvelle nuit pleine de secrets. Bien que déjà à découvert, je me montre prudente, les sens en éveil, même si j'ai appris depuis longtemps à ne plus craindre la pénombre et ses dangers. Je guette le moindre bruit suspect, ou bien le moindre signe d'un passage récent. Je m'arrête et me fige, plongeant les lieux dans un silence absolu, en quête d'un éventuel échange pouvant m'apporter quelques informations. J'accorde désormais la plupart de mes recherches à la nuit, car l'expérience que je me suis créée m'a appris que les plus grands secrets ne se révèlent que dans l'ombre de la lune.
L'éternel silence qui parvient à mes oreilles m'apprend qu'une nuit en ces lieux ne m'apporterait rien de plus, mais je décide de m'en contenter, profitant du calme que m'offre le temple. Je suis encore assez sensée pour ne pas espérer trouver le sommeil à la vue de tous, mais je pense que cela me ferait le plus grand bien. J'ai occupé tant de journées à marcher dans les forêts, cachée par les feuilles et leur odeur si particulière, que les effets de la fatigue commencent à se faire ressentir. Mais je préfère trouver le repos dans un endroit plus sûr.

Après m'être tâtée à entrer dans le temple, je décide qu'il est plus prudent de rester à l'extérieur ; je risquerais de m'assoupir ou encore de me trouver coincée à l'intérieur par un visiteur innatendu. Je me ramasse alors dans un coin à côté du temple, camouflée par l'ombre que lui offre le clair de lune. Et je ferme les yeux, inspirant cet air si particulier, écoutant le murmure du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Questions qui nous perturbent [libre]
» Bryan Sanford, tout le plaisir est pour nous !
» on nous cache tout...
» La mort nous sourit à tous, tout ce qu’on peux faire c’est lui sourire à notre tour
» Déborah ~ Il y a quoi exactement entre nous ? Un mètre tout au plus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falöna Synaë :: Synëlys le temple du vent-