Partagez | 
 

 Izmamen - ♂ - LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Izmamen - ♂ - LIBRE   Jeu 26 Nov - 20:36

Samaël
Administratrice
avatar

Messages : 6206
Pan : 395
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 21

Feuille de personnage
Age: 16 ans (stop Nov. 2014)
Légende:
Relationship:

Izmamen

Spoiler:
 


Nom : Izmamen
Surnom : Izy.
Âge : Onze ans
Sexe:  Etalon
Faction : Rhönin

Ce qu'il aime : La liberté et la solitude.
Ce qu'il n'aime pas : ///
Des habitudes particulières : ///

Caractère : Izmamen alias Izy est un étalon au caractère bien trempé. Personne ne peut le nier. Jamais il ne manque une occasion pour embêter le monde. Jamais, même lorsqu'il n'est pas dans une posture qui lui est favorable. Tentez de faire juste un tout petit quelque chose de travers et il ne vous loupera sous aucun prétexte. Son ironie est profondément agaçante. Où qu'il aille, il se trouvera des ennemis. Son tempérament impulsif et d'une franchise à toute épreuve fait de lui une forte tête qui se plie très difficilement. Les amis, il n'en a que faire. Enfin c'est ce qu'il prétend. Seule sa liberté l'importe. Sentir l'air caresser ses naseaux et ses crins ondulant dans le vent, il n'y a rien de plus plaisant à ses yeux. On pourrait se demander comment un être aussi détestable peut faire parti des Rhönins. Bien que désagréable, Izy n'en ai pas pour autant un traître. Sa loyauté n'a aucune faiblesse, il est voué à la chute de la félonne ainsi qu'à la mort de tous ses acolytes sans exception,  autant qu'un chien est fidèle à son maître. C'est ce qui fait sa force. Sa volonté de fer. Il a déjà tant sacrifié qu'il n'a plus rien à perdre. Ni famille, ni amis. D'ailleurs il considère toute amitié comme une faiblesse. Selon lui les amis ne représentent que de stupides attachements qui freinent la progression. Seulement notre cher Izy cache en son être un cœur attristé par les pertes de proches. Les amis entraînent la peur d'une nouvelle perte et ça, il doit l'éviter. Car il ne veut plus souffrir. Mais il a tendance à vite s'attacher aux personnes qu'il est susceptible d'apprécier. S'il est aussi désagréable, ce n'est pas sa véritable nature. Pour ne pas s'attacher, il ne faut pas donner envie d'être aimé. Telle est sa devise.

Histoire :
Le bel étalon n'est pas un natif de l'île. Comme tout les chevaux, il est né de l'union d'une jument et d'un étalon. Sa mère était la douceur incarnée alors que son père était un farouche guerrier dont la réputation s'étendait bien au delà de leur territoire. Izy a grandi couvé par une mère attentionné tout en étant constamment rabaissé par son rustre de père. De la peine, il en éprouvait bien souvent et pour cause, il n'était pas voué à devenir aussi fort que son père. À cette époque, il avait peur de blesser, de faire pleurer et de tuer. Les effusions de sang dégoûtaient le sensible poulain qu'il était.
Du jour qui l'a définitivement changé, il s'en souvient parfaitement aujourd'hui encore. C'était un jour de printemps. Il venait tout juste d'avoir trois ans et venait présenter à ses parents la belle qui avait fait fondre son cœur. Lorsqu'il arriva à la vallée où le troupeau avait élu domicile, il ne trouva que des cadavres. La moitié des siens avait été décimée. Sa compagne s'était mise à pleurer devant un tel massacre. Izy, lui, ne ressentait rien. Incapable de parler, il s'était éloigné de sa douce pour chercher trace de ses parents. Sans aucun dégoût, il passait à côté des cadavres éventrés. Il reconnut l’œuvre des pumas. De leur petit troupeau d'une vingtaine de membres, il en comptait onze à terre. Bien trop pour des fauves.
« Izy ! » Ce cri de détresse le fit bondir alors qu'il s'était arrêté devant les restes de sa mère. Lorsqu'il se retourna, sa tendre était en train de se faire attaquer par le reste du troupeau. Son père était à la tête de ce groupe de traîtres. Et ce fut son géniteur qui l'attaqua alors que les autres souillaient sa bien aimée. Impuissant, il observait ce triste spectacle alors qu'il était lui-même roué de coups. Il entendait tous ses cris de détresses auxquels il ne pouvait réagir. Il partageait sa douleur bien que la sienne ne pouvait en être aussi forte. Et il la vit s'écrouler au sol. À ce moment là, il crut sa vie finie. Les yeux rivés sur son corps couvert de sang, il percevait son faible regard le fixant. Puis elle s'éteignit. S'il l'avait pu, il aurait hurlé. Mais il n'en eu le temps. Un puissant coup de sabot l'envoya valdinguer dans les pommes. À son réveil, il était échoué sur une plage lui étant inconnue.
Il se crut tout d'abord mort. Seulement la douleur de ses blessures étaient encore belle et bien présente. Peu de temps après son arrivée, il entendit parler des Pandörians, les fidèles de la déesse Pandore. Il ne comprenait pas vraiment ce qui ce passait sur cette île. Une nuit, il croisa un monstre d'une laideur sans pareille. Sans le savoir, il venait d'apercevoir une Apparition pour la première fois.


But dans la vie : Retrouver sa liberté
A propos de Pandore : Il la tuera.

______________________
QUOD ERAT DEMONSTRANDUM.
« C'était les grincements d'une machine qui n'éprouve pas de sentiment. C'était les hurlements sourds d'un cœur éprouvé par la complexité du monde, et qui, avec une certaine innocence, se fermait à lui pour ne vivre que sur une terre matérielle chevauchée par un ciel dont l'infinité avait une fin. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://falonasynae.forumactif.com
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falöna Synaë :: administration :: Grimoire des Âmes :: Âmes pré - créées :: Rhönins-